La Liberté

Dizaines de manifestants à Genève pour la fin du régime iranien

Les Iraniens de Suisse demandent à l'ONU d'oeuvrer face à la répression des manifestations dans leur pays. © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Les Iraniens de Suisse demandent à l'ONU d'oeuvrer face à la répression des manifestations dans leur pays. © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI


Publié le 29.09.2022
Partager cet article sur:


"A bas, à bas la dictature!": plusieurs dizaines d'Iraniens de Suisse ont manifesté jeudi après-midi à Genève, appelant à la fin du régime à Téhéran. Ils demandent à l'ONU d'oeuvrer après le décès de la jeune Mahsa Amini qui a provoqué une révolte dans ce pays.

Applaudis par certains badauds, les manifestants s'en sont pris directement au guide suprême Ali Khamenei et au président Ebrahim Raïssi. Celui-ci est d'ailleurs également accusé d'avoir été associé au massacre de 1988 qui a fait environ 30'000 victimes en Iran.

"Ils sont terroristes, ils doivent s'en aller", criaient encore les manifestants en référence aux dirigeants iraniens qui s'opposent, selon eux, aux femmes. La vague de protestations en Iran est "différente" des précédentes, plus organisée et plus unifiée, a affirmé à Keystone-ATS l'une d'entre eux.

Pour autant, la répression est elle aussi "énorme", estime-t-elle. Avec les coupures d'Internet, il est difficile d'avoir des indications sur les proches qui participent aux rassemblements, pour savoir s'ils ont été arrêtés ou non.

Appel à l'ONU

Selon la manifestante, le président Raïssi ne fait "que représenter le système" et pas le peuple iranien. Dans leurs slogans, les personnes présentes ont aussi demandé à l'ONU de les entendre.

Aussi bien le secrétaire général Antonio Guterres que le Haut-Commissariat aux droits de l'homme ont relayé leur préoccupation. Le second a demandé des investigations indépendantes, dont plusieurs ONG européennes souhaitent qu'il s'en charge lui-même, et, comme la Suisse, a appelé les autorités à la "retenue".

Le gouvernement a admis des dizaines de tués dans la répression. Mais des ONG estiment que le chiffre est bien plus important. Plus de 1200 manifestants ont été arrêtés, selon Téhéran.

La jeune Mahsa Amini avait été arrêtée pour avoir mal porté son voile. Mais des indications laissent penser qu'elle a été violentée par les policiers. Les autorités ont dit qu'elle était décédée naturellement mais les données médicales et les témoignages montrent le contraire. La répression des manifestations a provoqué ces derniers jours une réprobation grandissante de pays occidentaux.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11