La Liberté

Ecuvillens: le pilote a peut-être oublié de sortir le train d'atterrissage

Selon le Service suisse d’enquête de sécurité (SESE), l'accident d'avion survenu le matin du 26 janvier 2021 à l’aérodrome d’Ecuvillens pourrait être dû à un oubli: le train d'atterrissage n'avait peut-être pas été sorti.

Après un atterrissage sur le ventre, l'avion s'était immobilisé dans la neige en bout de piste. Le pilote n'avait toutefois pas été blessé. © Service suisse d’enquête de sécurité
Après un atterrissage sur le ventre, l'avion s'était immobilisé dans la neige en bout de piste. Le pilote n'avait toutefois pas été blessé. © Service suisse d’enquête de sécurité

NM

Publié le 14.06.2022
Partager cet article sur:

Dans leur rapport publié mardi, les enquêteurs décrivent la mésaventure de l'aéronef en provenance de l’aérodrome de Birrfeld, dans le canton d’Argovie: «Lors de la première approche sur la piste 27, la vitesse en approche finale était trop élevée, ce qui a entraîné un atterrissage long. Après s'être posé dans le dernier tiers de la piste, le pilote a décidé de redécoller et a effectué un circuit. Lors de la deuxième approche, deux témoins oculaires ont vu l'avion en finale avec le train d'atterrissage rentré. Après l’atterrissage sur le ventre, l'avion a dérapé jusqu'à l'autre extrémité de la piste et s'est immobilisé dans la neige. Le pilote, seul à bord, n'a pas été blessé, mais l'appareil a été gravement endommagé». Deux balises de piste ont également été arrachées.

Pour expliquer cet accident, le SESE émet deux hypothèses. Premièrement, le fait de poser l'avion dans le dernier tiers de la piste a entraîné un contact des roues avec la neige. Et cela a pu affecter le fonctionnement du train d'atterrissage lors de la seconde tentative du pilote pour retrouver la terre ferme. Deuxième possibilité: que le pilote ait tout simplement oublié de sortir ses roues. Les experts soulignent: «La situation constatée après l'accident montre qu’en tout état de cause, les points de contrôle pour l’atterrissage n'ont pas été effectués et que le train d'atterrissage rentré ou à peine sorti n'a donc pas été remarqué». Le service d’enquête relève par ailleurs que deux facteurs ont contribué à l'accident: un faible niveau d'entraînement du pilote sur ce type d'appareil dans les mois précédant l'accident et un avertisseur sonore du train d'atterrissage défectueux.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11