La Liberté

05.10.2021

Postulat pour le libre accès aux protections hygiéniques à Fribourg

Le postulat demande la mise à disposition en libre accès de protections hygiéniques dans les écoles, les institutions publiques et sportives. © Keystone-prétexte
Le postulat demande la mise à disposition en libre accès de protections hygiéniques dans les écoles, les institutions publiques et sportives. © Keystone-prétexte

ATS

Partager cet article sur:

Les députés fribourgeois ont accepté un postulat demandant la mise à disposition en libre accès de protections hygiéniques dans les écoles, les institutions publiques et sportives. Le Conseil d'Etat apportera une réponse via un rapport.

Le postulat, déposé par les députées PS Anne Favre-Morand et Martine Fagherazzi, a recueilli 61 voix contre 26 et 6 abstentions. Soutenu par 16 cosignataires, il veut que l'exécutif étudie la possibilité de proposer gratuitement des protections hygiéniques dans les lieux de formation ainsi que les institutions publiques et sportives.

Les postulantes demandent aussi au gouvernement de se pencher sur la communication autour du sujet et d’encourager les communes à engager une démarche similaire. "La précarité menstruelle touche 10% des Fribourgeoises", a relevé Anne Favre-Morand, qui a précisé aider parfois elle-même des jeunes filles affectées par le problème.

UDC et PLR réticents

Le Conseil d'Etat, via la ministre Anne-Claude Demierre, en charge de la santé, a soutenu une question déjà évoquée dans plusieurs autres cantons. Selon lui, l'achat de protections hygiéniques peut être omis quand il s'agit pour une population pauvre de choisir entre celles-ci et d'autres dépenses, comme remplir son frigo.

Le groupe UDC et le PLR en majorité ont rejeté le postulat en notant que ce n'était pas au législatif de traiter le dossier, l'aide sociale pouvant y pallier. Le Centre et le groupe Vert Centre Gauche ont soutenu la démarche en la voulant la plus simple possible, ont dit les députées Anne Meyer Loetscher et Christa Mutter.

Sujet encore tabou

Une étude portant sur plus de 6500 étudiantes en France a révélé qu’une femme sur dix fabriquait ses propres protections pour des raisons financières. Dans ces conditions, les femmes doivent trouver des alternatives qui peuvent nuire à leur santé, comme une utilisation prolongée ou inadéquate de protections hygiéniques.

Une autre solution consiste parfois à rentrer à la maison durant la période des règles, avec pour conséquence un risque de décrochage scolaire ou encore un licenciement. Le tabou qui entoure les règles s’effrite quelque peu, mais il reste difficile pour une femme d’en parler ouvertement ou même de solliciter une protection hygiénique.

Le futur rapport de l'exécutif cantonal rendra compte des modalités de mise en œuvre: nombre de lieux, coût, matériel à disposition, ou encore stratégie de communication et renforcement des mesures de prévention. Selon les postulantes, les règles impliquent dans la vie d'une femme une dépense moyenne de 4500 francs.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00