La Liberté

20.05.2021

Le parlement veut de la fibre optique

Le Grand Conseil veut inciter l’Etat à intervenir dans les zones où les opérateurs de télécommunication renoncent, pour des raisons économiques, à développer des installations de fibre optique. © Alain Wicht
Le Grand Conseil veut inciter l’Etat à intervenir dans les zones où les opérateurs de télécommunication renoncent, pour des raisons économiques, à développer des installations de fibre optique. © Alain Wicht

NM

Partager cet article sur:

L’Etat de Fribourg va réinvestir dans la fibre optique. Le Grand Conseil a accepté jeudi une motion des centristes Daniel Bürdel et Pierre-André Grandgirard demandant une nouvelle loi sur le développement des infrastructures numériques.

Cette proposition a été acceptée à l’unanimité. «Il est primordial pour notre économie et notre société de garantir une couverture suffisante du réseau internet», souligne Daniel Bürdel.  Le but de la nouvelle loi sera d’inciter l’Etat à intervenir dans les zones où les opérateurs de télécommunication renoncent, pour des raisons économiques, à développer des installations de fibre optique. C’est là le nouvel épisode d’un long feuilleton. En 2012, l’Etat de Fribourg participait avec Groupe E, Gruyère Energie et IB-Murten à la création de l’entreprise FTTH FR (pour fiber to the home , soit la fibre à la maison en français). Et cela précisément dans le but de développer la fibre optique. Il promettait alors d’y injecter 35 millions de francs sous forme de prêts sans intérêts et de participer à son capital-actions à hauteur de 5 millions de francs.

L’avenir des régions périphériques

Mais il y a deux ans, le gouvernement annonçait vouloir fermer le robinet, estimant notamment qu’avec le développement des technologies sans fil, la fibre optique ne serait plus forcément la seule solution à l’avenir. Aujourd’hui, Daniel Bürdel et Pierre-André Grandgirard souhaitent que les 15 millions de francs qui n’ont pas été octroyés à l’époque permettent à toutes les communes du canton d’être connectées à la fibre optique et de disposer ainsi d’une connexion à internet avec un débit d’au moins 100 mégabits par seconde. Le Gouvernement se rallie à cette vision. «Il s’agit d’une réflexion de principe sur l’avenir de nos régions périphériques. Nous devons éviter à tout prix les déserts numériques», relève le conseiller d’Etat Jean-François Steiert. Le pouvoir cantonal évoque deux variantes possibles: soit un nouveau prêt à FTTH FR, selon des modalités à définir, soit des subsides à fonds perdu qui seraient accordés aux opérateurs réalisant des raccordements non rentables.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00