La Liberté

26.06.2020

La réforme de la caisse de pension validée

Vendredi matin, le Grand Conseil a accepté la réforme de la caisse de pension par 93 voix contre 7 (6 abstentions). © Charly Rappo
Vendredi matin, le Grand Conseil a accepté la réforme de la caisse de pension par 93 voix contre 7 (6 abstentions). © Charly Rappo

NM

Partager cet article sur:

Le Grand Conseil a validé vendredi la réforme de la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat de Fribourg, concrétisant le passage de la primauté des prestations à la primauté des cotisations. Le peuple votera en principe le 29 novembre.

Au vote final, la réforme a été acceptée par 93 voix contre 7 (6 abstentions). «Il ne s’agit pas du meilleur projet pour le personnel de l’Etat. Mais il s’agit d’un compromis négocié avec les partenaires sociaux. Et il est temps que cette réforme soit soumise à la population fribourgeoise», résume le socialiste Elias Moussa (Fribourg). En deuxième lecture, la gauche a néanmoins tenté d’obtenir quelques compensations supplémentaires. Le socialiste Benoît Piller (Avry-sur-Matran) a ainsi proposé qu’au cas où le taux d’intérêt crédité sur les avoirs de vieillesse, correspondant à la rémunération des capitaux de prévoyance des assurés actifs, n’atteignait pas les 2,5% annoncés pour les assurés âgés aujourd’hui de plus de 45 ans, le canton paie alors la différence. «Monsieur Godel, vous n’avez pas de boule de cristal pour lire l’avenir des marchés financiers», a lancé Martine Fagherazzi (ps, Ecuvillens).

Mais le conseiller d’Etat Georges Godel a répliqué: «Nous avons mis quatre ans pour parvenir à ce projet qui est un subtil équilibre entre les intérêts des assurés et les intérêts des contribuables». Au final, l’amendement de Benoît Piller a été refusé par 67 voix contre 33 (2 abstentions). De son côté, la verte Christa Mutter (Fribourg) a suggéré la création d’un fonds, doté d’un montant à définir, qui pourrait offrir des compensations financières supplémentaires aux assurés les plus démunis. Mais là encore, le parlement a dit non, par 65 voix contre 38 (1 abstention). Pour le libéral-radical Claude Brodard (Le Mouret), l’intention de la députée écologiste est louable, mais des mécanismes existent déjà pour venir en aide aux seniors en situation de précarité, comme les prestations complémentaires. Georges Godel rappelle par ailleurs qu’en vertu de la loi sur le personnel de l’Etat (LPers), un collaborateur en difficulté peut demander une aide matérielle au fonds d'entraide sociale.

Pour rappel, le passage de la primauté des prestations à la primauté des cotisations aura deux effets: un transfert des risques liés à la performance des placements sur les assurés et une inévitable baisse des futures rentes, du moins pour les travailleurs les plus âgés. Le Conseil d’Etat promet toutefois de limiter ces pertes à 9,5%. En effet, des mesures transitoires et compensatoires sont prévues pour le personnel dès 45 ans. Coût: 380 millions de francs. A cela s’ajoutent une hausse paritaire des cotisations de 1%, l’introduction d’un système de bonifications croissantes et une revalorisation salariale à hauteur de 0,25%.

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00