La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Eloge des travailleurs de l’ombre

Travailler comme cette dame chez des maraîchers: Angélique ne vous raconte pas de salades, elle sait ce que c’est.  © Alain Wicht
Travailler comme cette dame chez des maraîchers: Angélique ne vous raconte pas de salades, elle sait ce que c’est. © Alain Wicht


angélique eggenschwiler

Publié le 21.06.2018

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Le mot de la fin

Il y a de cela une poignée d’étés, j’en ai passé un dans les champs de courgettes. Un petit job de vacances, de ceux qui paient les premiers vélo­moteurs comme le dernier caprice. Je ramassais des courgettes donc, entre deux pesées de tomates cerises. Parfaitement, des tomates cerises. Je l’ai alors découvert: les tomates ne poussent pas en barquettes. Il faut les y ranger. A vingt-cinq grammes près.

Nous étions donc une dizaine de Polonais et d’étudiants pleins de factures ou de caprices à peser les grappes de tomates qui finiraient sur les étalages des grands distributeurs. Des journées à aligner une vingtaine de petits fruits par barquette, une douzaine de barquettes par cageot, des dizaines de cageots par palette. Vous finissez par maudire les tomates.

La mozzarella nous a finalement réconciliées. N&ea


Les chroniques d'Angélique

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11